83e congrès de l’Union Nationale des Etudiants de France

83e congrès de l'Union Nationale des Etudiants de France

Geneviève Fioraso s’est exprimée jeudi 18 avril à l’occasion du 83e congrès de l’Union Nationale des Etudiants de France (UNEF) à Toulouse.

Je vous remercie de votre invitation, que j’ai tenu à honorer. Je voulais être avec vous aujourd’hui. Pour parler de l’avenir de l’université. Pour débattre de vos attentes. Et pour traduire en actes la priorité donnée à la jeunesse par le Président de la République.

Votre congrès représente un moment fort du débat public. Les orientations que vous allez adopter, les attentes que vous allez exprimer, sont autant d’indicateurs de l’état d’esprit de la jeunesse que nous devons entendre.

L’UNEF est non seulement l’organisation qui a la confiance des étudiants, comme en témoignent vos résultats électoraux. Mais cent ans de syndicalisme étudiant ont contribué à écrire bien des pages d’histoire de notre pays, ses révolutions culturelles, ses changements économiques, ses mutations sociales. Vos combats ont résonné bien au-delà de l’université. La densité de vos relations avec les syndicats de salariés le démontre. C’est à une organisation responsable, indépendante et exigeante, qui fait pleinement partie de notre paysage social, que je m’adresse aujourd’hui.

Contrairement à Valérie Pécresse, je ne m’autoproclamerai pas « ministre des étudiants », encore moins « ministre mère de famille », pour m’adresser à vous. Ce n’est ni le bon ton, ni surtout, la bonne approche. Les étudiants sont des interlocuteurs naturels pour la ministre de l’enseignement supérieur. Et ma présence parmi vous, une première pour un ministre depuis bien des années, illustre le changement de considération du gouvernement à l’égard de la jeunesse, le retour du dialogue, et une conviction profonde : les étudiants sont la force motrice des changements dont l’enseignement supérieur à besoin.

Car ce qui intéresse les Français, ce qui est utile au pays, ce qui compte pour l’avenir, c’est de renforcer l’accès de tous à la formation, pour relancer l’ascenseur social, pour aider les salariés en reconversion avec la formation tout au long de la vie inscrite dans la loi, et pour innover dans les filières d’avenir. L’élévation du niveau de qualification de toute une génération représente un défi économique et social majeur. Former la jeunesse, ce n’est pas une dépense, c’est un investissement pour préparer l’avenir.

C’est cet esprit qui anime le projet de loi que je défends au nom du gouvernement. Ce texte apporte une réponse législative à des enjeux que la L.R.U. avait ignorés. La réussite des étudiants, l’orientation, la coopération au lieu de la compétition, la lisibilité des formations… Voilà les vrais sujets !

Oui, il fallait corriger les erreurs de la L.R.U.. Rompre avec la présidentialisation des universités grâce au rééquilibrage des pouvoirs et au renforcement de la présence des étudiants et des personnels dans les conseils. Rompre avec le laisser-faire et la compétition grâce au retour d’un Etat stratège et régulateur. Rompre avec la course aux classements internationaux, la concentration des moyens sur quelques projets et quelques établissements.

Ces mesures étaient les marqueurs d’un projet élitiste dont nous constatons aujourd’hui les résultats bien loin des effets d’annonce triomphalistes du précédent gouvernement. Le bilan, c’est un quart des universités en situation financière difficile, et un essor de la précarité que nous nous sommes engagés, à raison de 8000 emplois stabilisés sur le quinquennat.

Il fallait rompre avec cette politique en trompe l’œil, mais je vous dis en même temps ça ne suffit pas. Plus on a parlé de gouvernance ces dernières années, moins on a parlé du projet de la Nation pour son Enseignement supérieur.

L’essentiel c’est la réussite des étudiants, qui a baissé de 5 points entre 2006 et 2011 malgré les promesses mirobolantes du plan réussite en Licence…

Lire la suite :  http://edu-sup.com/index.php/actualites/view/477

Publicités

A propos Edus

plateforme en ligne offrant une base gigantesque de données sur les formations et les universités en France
Cet article a été publié dans actualité. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s